À l'occasion du numéro de "Suite parentale" sur le harcèlement scolaire, Mika a confié en avoir été victime. Le chanteur de 35 ans, que l'on retrouvera prochainement sur TF1 dans "The Voice 8" a donné de terribles détails sur cette période difficile de sa vie.

Au lendemain de la diffusion du téléfilm Le jour où j'ai brûlé mon coeur sur TF1, France 4 a proposé une nouvelle émission intitulée Suite parentale qui, pour son premier numéro, parlait du harcèlement scolaire. À cette occasion, l'animatrice Agathe Lecaron a diffusé une interview du chanteur Mika qui en a souffert durant son enfance.

Alors qu'il n'avait que 8 ans, le beau brun de 35 ans a été harcelé par son enseignante : "Elle avait décidé que c'était moi, que c'était moi qu'elle allait harceler. J'étais mis sur une chaise, où je devais attendre pendant une heure, deux heures, sans bouger. Je demandais d'aller à la toilette, je n'avais pas le droit, et je faisais pipi sur ma chaise."

L'horreur se poursuit ensuite au collège mais cette fois, ce sont ses camarades qui lui rendent la vie difficile : "C'étaient des gens de mon âge dans ma classe. Ils m'appelaient le Libanais, le pédé. Pas seulement avec des mots, mais avec des trucs, des objets, des canettes, des cailloux, que je recevais sur la tête. J'arrivais toujours cinq minutes en retard aux cours, pas parce que j'étais désorganisé, mais parce que je me cachais."
Cet harcèlement a eu des conséquences dans la vie du partenaire d'Andy. Il a révélé avoir "arrêté de parler", d'étudier et avoir fait face à des problèmes "très sévères" d'écriture. "Je n'écrivais plus, je lisais très mal et j'avais honte de le dire à ma famille, à mes parents, parce que c'était comme si je n'étais pas assez normal", a conclu Mika.

Ce n'est pas la première fois que le coach de The Voice évoque ce terrible sujet. En 2015, dans Le Divan de Marc-Olivier Fogiel, Mika avait évoqué cette enseignante qui s'en était pris à lui : "Elle était vraiment très destructrice. Chaque fois que je parlais, je devais par exemple rester debout sur une chaise pendant une heure et elle écrivait des comptines sur moi et sur une fille de la classe et tout le monde devait les réciter. (...) Je ne voulais plus aller à l'école mais j'étais obligé, alors j'ai décidé de ne plus parler."

Mika

purepeople